• El Paso - Fort Hancock : 92 kmMe voici à présent au Texas, cet immense état qui a lui seul pourrait occuper la 40ème place mondiale en terme de taille de pays. Une majorité de déserts occupent sa superficie, et on y rencontre bon nombre de fermes d'élevage bovins, ces fameux ranchs texans. C'est un peu cliché mais c'est la réalité, me voici au pays des cowboys ! Je quitte El Paso pour faire route à l'Est, et me retrouve rapidement au milieu de nul part une fois l'agglomération laissée derrière moi.

    El Paso - Fort Hancock : 92 kmEn chemin, je me fais courser à deux reprises par des chiens sortant des ranchs pour défendre leur territoire. Je sprinte mais ils tiennent la distance les bougres! Un bon petit exercice pour les jambes... Mais je me dis que si ça avait était un puma, présent dans la région, je n'aurais peut-être pas gagné... Je vais garder la bombe à poivre à portée de main au cas où ! La route d'aujourd'hui m'emmène jusqu'à Fort Hancock, un petit petit village au milieu de cette immensité. La seule activité proposée ici est l'admiration du coucher de soleil sur les montagnes environnantes...


    votre commentaire
  • Fort Hancock - Van Horn : 119 kmIl fait de moins en moins froid le matin. La neige a disparu du paysage. Ce ne sont pas encore les grandes chaleurs mais c'est agréable et confortable de rouler sous le soleil. Aujourd'hui la route que j'emprunte est à quelques centaines de mètres seulement de la frontière mexicaine. Je ne croise pas grand monde sur ces routes agricoles, exceptés quelques pick-up de cowboys et les voitures des douaniers.

    Fort Hancock - Van Horn : 119 kmUn douanier m'arrête pour me contrôler. Quand il voit sur mon passeport que je suis Française il est tout content et se met à me parler dans un français plus qu'excellent. Il adore la France, y a vécu quelques années à Paris et à Lyon. Il me souhaite un bon voyage et plein de courage pour rouler jusqu'à la Floride. Je poursuis ma route le long d'une voie ferrée. Un train interminable me double, ce qui prend bien 10 minutes tellement il est long. Arrêté sur les voies un peu plus loin, je le redouble et le mesure avec mon compteur : 2,2 km de long !

    Fort Hancock - Van Horn : 119 kmJe suis émerveillée par les paysages qui m'entourent. Je m'enfonce de plus en plus dans l'immensité Texane, j'attaque la partie montagneuse. C'est tellement beau ! J'arrive à Van Horn, le dernier "village" avant plus de 150 km. C'est ici que je fais halte ce soir. Je vais en profiter pour faire quelques provisions d'eau et de nourriture pour la partie désertique à venir. Demain, une grande étape m'attend jusqu'à un observatoire  où je vais rencontrer John et sa famille. John travaille à l'observatoire et va m'expliquer ce qu'ils étudient exactement. Qui dit observatoire dit endroit isolé pour avoir une nuit la plus noire possible et endroit en hauteur... Demain, j'ai donc une longue étape de montagne en perspective !


    6 commentaires
  • Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 kmAprès un solide petit déjeuner, je m'élance pour une grande journée sur le vélo. La première partie de la route est assez monotone, plate, j'en profite pour faire un peu de vitesse. Le temps est idéal, il fait grand beau et même chaud ! C'est une bonne chose que les températures remontent un peu. C'est tellement plus agréable de rouler sous le soleil ! Après 60 km la tête dans le guidon, je prends une petite route à travers les montagnes.

     Ca grimpe, ça fait mal aux jambes, mais ça en vaut vraiment la peine. Je nage, ou plutôt roule dans le bonheur. Je prends mon temps, m'arrête souvent juste pour contempler cette immensité, cette merveille de la nature.

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 kmVan Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 kmVan Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km

    En fin d'après-midi, j'arrive à l'observatoire de Mc Donald. C'est un centre de recherche et d'éducation sur la composition des étoiles. John, mon  hôte, m'y attend. Il s'occupe de la maintenance d'un des télescopes. Il me fait visiter le site puis nous rentrons chez lui retrouver sa femme et ses enfants pour le diner.

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km

    Van Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 kmVan Horn - Oservatoire Mc Donald : 123 km


    3 commentaires
  • Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 kmC'est sous le soleil que j'entame la descente dans la vallée ce matin. L'air est un peu frais mais ne tarde pas à se réchauffer. Une belle journée s'annonce. Tout est paisible, seuls les cris des coyotes viennent briser le silence qui règne ici. Je les vois au loin mais impossible de les approcher, ils courent trop vite. Si j'ai vu le coyote, je n'ai pas encore vu Bip-Bip le roadrunner. Je vois beaucoup d'oiseaux, dont beaucoup de rapaces, mais pour le moment pas de Bip-Bip.

    Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 kmJ'arrive au petit village de Fort Davis où je fais une pause café. Ce village ressemble à un décor de cinéma avec son saloon. Le temps semble s'être arrêté ici. Je discute avec le serveur du bar qui me dit qu'il voit passer beaucoup de cyclistes à cette période de l'année. Il m'offre quelques bananes et fruits secs pour la route et me souhaite bonne route jusqu'en Floride. La route est encore longue c'est vrai, mais j'avance plutôt bien. Et puis j'aime prendre le temps d'expérimenter chaque endroit que je traverse !

    Je poursuis mon chemin à travers les ranchs immenses, les montagnes et les canyons. Je me sens toute petite au milieu de tout ça. Vers midi, je fais une pause déjeuner sur une aire de pique-nique. Un jeune homme s'arrête, me salue et vient déjeuner avec moi. C'est Milko, il est Autrichien, il travaille dans le bâtiment pour financer ses projets, mais sa passion c'est la photographie. Il parcourt les Etats-Unis en quête de clichés incroyables. Il est drôle, il m'apprend comment me défendre si je rencontre un ours. La technique, faire le mort. Je ne suis pas sûre que ce soit ma première réaction si j'en vois un...

    Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 km

    Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 kmObservatoire Mc Donald - Marathon : 115 km

    Je roule jusqu'à Marathon où je vais passer la nuit dans une communauté hippie. Ici vient vivre qui veut, il n'y a pas d'exigence particulière au niveau des constructions, alors chacun y va de son imagination. Je suis accueillie à bras ouverts par Stan, Greg et Laura, 3 des occupants des lieux. Ils me préparent un lit dans une petite maison qui ressemble à la tête des guerriers de Star Wars. Le soir, nous regardons le coucher de soleil et nous discutons. Le principe de la communauté est que chacun puisse vivre en paix et en harmonie les uns avec les autres. Ils s'entraident, veillent les uns sur les autres. Ils ont un petit jardin bio qu'ils entretiennent tous ensemble. Peace and Love...

    Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 km

    Observatoire Mc Donald - Marathon : 115 kmObservatoire Mc Donald - Marathon : 115 km

     


    votre commentaire
  • Marathon - Sanderson : 89 kmNous prenons le petit déjeuner tous ensemble au lever du soleil. Une nouvelle magnifique journée n'annonce. Stan profite de ce moment pour me raconter quelques histoires croustillantes des environs. Comment par exemple un homme au bar de Marathon a tué son ami d'un coup de pistolet car celui ci voulait le ramener chez lui en voiture mais était en état d'ébriété. La justice l'a relaxé prétextant la légitime défense car son ami ne pouvait pas conduire ivre... Ou encore comment dans le village de Sanderson, où je me rends aujourd'hui, une pluie diluvienne a tué plus de 200 personnes dans les années 60. Très réjouissant tout ça !

    Marathon - Sanderson : 89 kmA peine partie, je l'ai vu ! Bip-Bip le roadrunner ! En fait j'en avais déjà vu mais je n'avais pas réalisé que c'était lui, je cherchais un grand oiseau bleu comme dans le dessin animé. Mais remarque, le Coyote dans la vraie vie, il ne marche pas sur deux pattes et ne prépare pas des pièges idiots où il se fait lui même prendre... Donc en fait, Bip-Bip, c'est un petit oiseau gris qui court très vite. Il ne vole presque pas, juste pour sauter des obstacles.

    La route aujourd'hui est jolie, toujours entre montagnes et canyons. Mais un sacré vent de face stoppe ma progression. Je ne vais pas m'en plaindre, c'est la première fois depuis que je suis partie que je l'ai vraiment de face. Et puis ça forge les muscles et la détermination ! Quand j'arrive à Sanderson, je suis quand même bien fatiguée. Alors que je suis en route vers le camping, le propriétaire d'un motel sort et me fait de grands signes. Je m'arrête et il m'invite à rester au motel pour le même prix que le camping. Il adore les cyclistes et veut les aider. Il m'offre même un snack et une boisson ! Lui et sa femme sont d'origine Indienne. Le soir, comme il n'y a pas grand chose pour se restaurer à Sanderson, ils me préparent un plateau repas indien. Un vrai délice !

    Marathon - Sanderson : 89 kmMarathon - Sanderson : 89 km


    1 commentaire
  • Sanderson - Langtry: 94 kmLe temps est bien couvert ce matin, et le soleil ne se montrera d'ailleurs pas de la journée. Entre Sanderson et Del Rio, il n'y a qu'une route qui sillonne entre les canyons. C'est joli, mais un peu triste sous la pluie. J'arrive à Langtry en milieu d'après-midi, et je me dirige vers le camping. Mais un homme m'interpelle. Il a une caravane dans son champ et ouvre sa porte au voyageurs. C'est une immense caravane avec tout le confort moderne. Ce sera parfait pour la nuit ! Deux autres cyclistes s'arrêtent ici également, Evan et... Evan. Au moins ce n'est pas compliqué pour retenir les prénoms. Ils font une partie du Southern Tier, entre Austin et El Paso. L'un des deux est d'Austin, il ne sera pas rentré quand j'y serais mais il me propose de me faire héberger par la jeune fille qui garde sa maison. Il habite en plein centre d'Austin, ce sera parfait pour visiter la ville !


    votre commentaire
  • Langtry - Del Rio : 112 kmJe quitte Langtry sous la pluie. Décidément je n'aurais pas vu un brin de cette région sous le soleil. Mais le temps gris n'enlève rien à la splendeur du canyon que je traverse aujourd'hui. La couleur de l'eau est remarquable. Je fais une petite pause dans une station service pour me réchauffer avec un bon café. La propriétaire des lieux a pitié pour moi. Il fait vraiment un temps à ne pas mettre le nez dehors ! En plus de la pluie, il y a de la brume, je ne vois même plus le paysage. Mais je sais que ce soir je dormirai au chaud chez William, un couchsurfeur à Del Rio.

    Langtry - Del Rio : 112 kmQuand j'arrive à l'adresse indiquée par William, telle n'est pas ma surprise ! Je suis à la base de l'armée de l'air. William est militaire ! Remarque vu la coupe de cheveux sur la photo de son profil j'aurais pu m'en douter... Me voilà donc bien gardée par la Air Force. Quand William ouvre la porte et me voit toute grelottante, il m'expédie direct sous une bonne douche chaude. Puis il m'emmène faire deux trois courses alimentaires. Le temps se lève en fin d'après-midi. Il me propose d'aller voir le lac que je n'ai pas pu voir en venant à cause de la brume.

    Langtry - Del Rio : 112 kmNous passons la soirée à discuter autour d'un bon diner préparer par ses soins. De part son métier, William a beaucoup voyagé, ce qui nous donne pas mal de sujets de conversation. Il rêve de quitter l'armée dans quelques années et de partir vivre en pleine nature en Alaska. Après manger, je fais découvrir à ce grand amateur de musique quelques uns de nos chanteurs tricolores.


    votre commentaire
  • Del Rio - Campwood : 114 kmLe beau temps est revenu ! Ce n'est pas pour me déplaire. Et en plus après une quarantaine de kilomètres je quitte la route principale pour m'enfoncer dans les montagnes par une petite route déserte. C'est somptueux ici. Je suis dans la partie du Texas appelée Texas Hills, le Texas vallonnées. Ca grimpe un peu mais rien de bien méchant, les dénivelés restent abordables. Comme c'est calme ici je vois beaucoup d'animaux : biches, sangliers, dindons, putois et même un tatou.

    Del Rio - Campwood : 114 kmJ'arrive à Campwood, un petit village presque fantôme. Nous sommes le dimanche 1er Février, jour du SuperBowl. Je voulais vivre cet évènement si important ici dans une ambiance enivrante, je crois que ça va être loupé... Le seule motel de la rue principale est fermé. Je roule dans la rue déserte, jusqu'à ce qu'un petit monsieur m'interpelle. Il tient une chambre d'hôte mais elle est occupée. Il a cependant une deuxième maison en construction avec salle de bain et cuisine équipée mais qui n'a pour seul mobilier qu'un canapé. C'est bien plus que ce dont j'ai besoin... Il me laisse donc "camper" dedans. Je me douche, me change et me rends au bar du village. Et là, surprise ! Un écran géant est installé pour le match de football américain. Je vais pouvoir suivre l'évènement. Je commande un Coca et m'installe à une table. Intrigués, les habitants du village viennent me parler et m'offrir des verres. L'ambiance est sympathique et joyeuse.

    Del Rio - Campwood : 114 kmJe discute un long moment avec Mickey. Il rit d'avoir le même prénom que la célèbre souris. Il me parle de la vie au village et de la campagne Texane, bien loin des préjugés des cowboys se baladant le gun à la ceinture. Il y en a certes... Mais le Texas ce n'est pas que ça. Mickey se décrit comme étant un vieil homme de la campagne, mais il est bien plus que ça. C'est un poète, un artiste. Il a joué dans plusieurs groupe de musique country, il écrit des textes, il adore écrire. Il a ce projet artistique magnifique qu'il a appelé "Paint the world in Peace", "Peins le monde en Paix". Il a écrit des versets sur la paix, et il voudrait que des artistes illustrent ses phrases. C'est beau, c'est touchant, c'est complètement en accord avec mes pensées. Il m'a demandé de passer le message à mon pays qui a souffert il y a peu d'attaques terroristes. Peace, Love and Cycling


    votre commentaire
  • Campwood - Magasin sur le bord de la route : 60 kmIl fait un froid glacial aujourd'hui. Je grimpe dans les montagnes, ce qui me réchauffe, mais dans les descentes le vent se glisse sous mes vêtements. Je suis gelée. Je m'arrête dans un petit village à la mi-journée et je passe quelques heures au chaud. Je repars mais il fait toujours aussi froid. Au bout de 60km, je rencontre un petit magasin sur le bord de la route. J'entre pour prendre le énième chocolat chaud de la journée.

    Campwood - Magasin sur le bord de la route : 60 kmLe propriétaire discute avec moi et me propose sa cuisine professionnelle pour refuge cette nuit. J'accepte car je n'ai vraiment pas envie de camper avec ce froid. J'installe mon matelas, j'ai tout ce qu'il faut à disposition pour cuisiner et il y a même une petite salle de bain. Je n'aurais pas beaucoup avancé aujourd'hui mais parfois il faut savoir être raisonnable.


    votre commentaire
  • Magasin sur le bord de la route - Morris Ranch : 124 kmAujourd'hui la route continue de grimper dans les montagnes avant de redescendre dans la vallée et de longer la rivière Guadalupe. C'est une route très agréable et très tranquille. Au petit village d'Ingram, je rentre dans le café qui fait également office de magasin, de banque et j'en suis sûre, de bien d'autres choses. Lorsque je pousse les portes, tous les regards se braquent sur moi. J'ai vraiment l'impression de rentrer dans un saloon, la déco, l'ambiance, on y est là! Je repars avec mon chocolat chaud en direction de Kerville. Je suis alors à 30 km de ma destination de ce soir, le ranch de Byron et Pam à Morris Ranch.

    Magasin sur le bord de la route - Morris Ranch : 124 kmComme j'ai de l'avance, je passe un long moment dans un café. La propriétaire m'offre toutes mes tasses de chocolat chaud. Regonflée à bloc, je repars sous la pluie. Une première voiture s'arrête pour me proposer un hébergement pour la nuit. Une deuxième pour me prendre en stop. Que de générosité par ici ! J'arrive au ranch, Byron et Pam m'y réservent un accueil très chaleureux autour d'un bon diner. Byron est triathlète et me parle de toutes les courses organisées dans le coin. C'est un vrai paradis pour cyclistes ici. Normal, c'est la région qui a vu grandir un grand champion du deux roues, Lance Armstrong.


    votre commentaire
  • Morris Ranch - Austin : 156 kmUn copieux petit déjeuner dans le ventre, je quitte le ranch ce matin pour rallier Austin où m'attend Athéna. Je traverse le jeune vignoble de Texas Hills, très prometteur parait-il. Je m'amuse dans les collines, ça monte, ça descend, ça tourne, ça vire... Je passe dans des forêts, je traverse des rivières au sens propre. Je trempe un peu les baskets dans un passage à gai, mais j'arrive à Austin pas peu fière de ma journée. Je vais faire une petite pause de 2 jours ici, histoire de visiter la ville et de me remettre en forme pour le reste du Voyage. Je viens de passer les 2500 km, je suis à la moitié !


    4 commentaires
  • Austin - Winchester : 103 kmJe me suis arrêtée 2 jours à Austin histoire de recharger un peu les batteries et visiter la ville. Austin est une ville en devenir. Il y a 20 ans ce n'était encore qu'un village de cowboys, mais aujourd'hui c'est une ville moderne, capitale mondiale de la musique country, très BO-BO. C'est l'une des rares villes démocrates au milieu d'un Texas républicain. C'est la ville où tout semble possible. Parmi mes visites, il y a eu entre autres le campus universitaire, la piscine naturelle de Barton Springs, la maison mère des magasins bio Whole Foods...

    Austin - Winchester : 103 kmMais Austin à également été pour moi l'occasion de rencontrer Chris, un cyclotouriste Suisse qui fait le tour du monde. Nous étions restés dans la même famille à El Paso à quelques jours d'intervalle et depuis nous étions en contact pour, si l'occasion se présenter, partager un bout de route ensemble. Autour d'un petit déjeuner végétarien au Bouldin Creek Coffee, nous avons décidé de prendre la route ensemble jusqu'à la Nouvelle Orléans.

    Austin - Winchester : 103 kmNous sommes donc partis ce matin, commençant par une pause café à la boutique de l'enfant cycliste du pays, Lance Armstrong. Une foule de cyclistes s'y pressent le samedi matin pour avaler une boisson chaude avant de partir rouler. L'ambiance est vraiment bike friendly ici, c'est un régal. Les 7 maillots jaunes du grand champion sont exposés, ainsi que certains de ses vélos et quelques photos de courses. Puis nous reprenons la route, jusqu'au prochain coin de rue...

    Austin - Winchester : 103 kmQuelques mètres plus loin nous rencontrons un marché bio avec toutes sortes de stands : légumes bio, pâtisseries vegan, limonades bio, miel bio, huiles essentielles bio, élixir de jouvence ou filtre d'amour bio et... pain français ! Nous sommes très curieux de goûter cette baguette. C'est un vrai délice... Ca croustille à l'extérieur, c'est fondant à l'intérieur... Mais à 8 dollars la baguette nous nous contenterons de la dégustation. Nous rencontrons une jeune femme qui ramasse les déchets biodégradables dans la ville pour en faire du compost, à vélo. Elle nous raconte également ses aventures de cyclotouristes à travers l'Amérique. A cet instant un couple s'arrête pour nous proposer de nous héberger le soir venu. Mais nous partons ! Enfin, nous essayons...

    Austin - Winchester : 103 kmCar au carrefour suivant nous tombons sur le défilé des scouts ! Des dizaines de corporations différentes défilent dans les rues de la ville pour célébrer le scoutisme. Nous défilons avec eux jusqu'au capitole. Les fanfares jouent à tue-tête, les enfants chantent l'hymne de leur corporation, l'ambiance est joviale. Nous quittons le cortège pour nous diriger vers la sortie de la ville. On ne quitte pas Austin si facilement !

    Austin - Winchester : 103 kmNous roulons le reste de la matinée en direction de l'Est. Peu avant midi nous passons devant un temple bouddhiste. Nous nous arrêtons pour visiter. Chris, qui a été initié à la culture Thaï lors de son périple en Asie, m'explique les règles à respecter dans le temple. Les moines nous invitent à manger la nourritures préparés par quelques fidèles présents pour rendre hommage à un de leurs amis décédé il y a deux ans des suites d'un cancer. Nous partageons leur table et nos histoires.

    Austin - Winchester : 103 kmL'après-midi nous roulons au milieu de la campagne Texane qui a parfois des airs de petite maison dans la prairie. En fin d'après-midi, nous nous arrêtons au pub de Winchester pour demander aux propriétaires s'ils connaissent un endroit où l'on peut camper. Ils nous invitent à planter la tente derrière le pub. En attendant la nuit, nous discutons avec les locaux. L'un d'eux, David, nous invite à passer la nuit chez lui plutôt que sous la tente. Encore une incroyable démonstration de générosité...


    votre commentaire
  • Winchester - Navasota : 119 kmNous quittons David et sa famille pour reprendre notre route. En ce dimanche matin, beaucoup de voitures nous doublent pour aller à la messe, dont les propriétaires du pub de la veille qui ne manquent pas de nous souhaiter bon voyage. Le soleil est revenu, il fait beau, chaud même. Que c'est appréciable ! La campagne est toute verte ici, les pluies hivernales y sont surement pour quelque chose.

    Winchester - Navasota : 119 kmEn fin d'après-midi nous nous arrêtons dans un petit magasin sur le bord de la route. C'est une vieille bâtisse où les locaux viennent se réapprovisionner en produits de première nécessité. Nous demandons au patron de remplir nos bouteilles d'eau au robinet, mais au lieu de ça ils nous offre des bouteilles d'eau minérale bien fraiche. Il voit pas mal de cyclistes passer chaque année sur la Southern Tier et tient même un petit journal où ils les fait signer. Nous nous prêtons au jeu.

    Winchester - Navasota : 119 kmUn peu plus loin nous trouvons un pré tranquille à côté d'un bois où camper. Nous montons la tente, préparons le diner. La nuit tombe, nous discutons sous le ciel étoilé. Nous parlons évidemment voyage, Chris est vraiment passionnant à écouter avec toutes ces aventures autour du globe. Il a monté une association pour mettre en relation les écoles du monde entier, en se faisant le messager de dessins que ces enfants ont réalisé pour d'autres enfants. Vous pouvez en lire plus sur ses aventures et son beau projet par ici http://www.allschoolproject.ch/.


    votre commentaire
  • Navasota - Evergreen : Quoi de mieux pour commencer la journée que d'énoooooormes pancakes ? L'avantage de voyager en vélo c'est qu'ils seront vite éliminés ! Quel régal ! De bons vrais pancakes américains dégoulinant de sirop d'érable. Miam ! Une fois l'estomac bien rempli, nous pédalons toujours plus à l'est, à travers champ d'abord puis nous ne tardons pas à arriver à l'orée de la forêt. Il fait grand beau une fois de plus, oubliées les journées froides de l'Ouest !

    Navasota - Evergreen : A l'horizon nous apercevons un énorme nuage de fumée du à un feu de forêt. Un hélicoptère tourne autour, semblant surveiller la zone. En effet, c'est un feu volontaire pour entretenir la forêt. Mais sacré feu quand même ! La route dans la forêt est un pur régal : c'est beau, c'est calme, le revêtement de la route est bon et le soleil brille. Les écureuils et les pics sont les maîtres de ces lieux. Quelques lacs parsèment les bois, offrant un peu de fraicheur aux environs.

    Navasota - Evergreen : Nous roulons jusqu'à la tombée de la nuit. Lorsque le soleil commence à se coucher, nous nous arrêtons à un carrefour pour faire des photos de cette lumière exceptionnelle. L'atmosphère est calme et paisible. C'est alors que déboule un quad à vive allure de la route secondaire, pour emprunter un chemin forestier. 10 secondes après arrive la voiture du shérif, toute sirène hurlante. Il nous demande en hurlant où est passé le quad. Nous pointons le chemin forestier du doigt. Le shérif démarre en trombe, le quad ressort, l'arrestation va avoir lieu et nous, nous nous retrouvons au milieu de cette scène digne d'un film hollywoodien. Ni une ni deux, nous sautons sur nos vélo pour déguerpir. Deux autres voitures de shérif arrivent. Nous filons pour trouver un endroit où camper loin de cette agitation.

    Navasota - Evergreen : Un peu plus loin nous trouvons une église avec de la lumière. Nous allons demander si nous pouvons camper à son abord. Le pasteur est en vacances mais les fidèles nous accueillent les bras ouverts. Comme tous les lundis soir, ils se réunissent pour jouer aux dominos, plus précisément au 42. Ils nous apprennent les règles puis nous nous installons à une table pour jouer. Après une première partie hésitante, une fois les règles bien compris, nous remportons la seconde haut la main. L'un des fidèles, Lee, nous offre l'hospitalité dans sa maison à quelques minutes de l'église. Il nous explique les fondamentaux de son courant religieux, nous offre le repas et une chambre chacun pour un repos bien mérité.


    3 commentaires
  • Evergreen - Honey Island : 88 kmLa douce odeur du bacon grillé et des œufs brouillés me tirent du lit ce matin. Lee est en cuisine pour nous préparer un copieux petit déjeuner avant notre départ. Il nous montre des photos de ses enfants, tous passionnés de musique, et nous offre leur CD de musique country. Il parle d'eux avec beaucoup d'amour et d'émotion. Je sens en lui un vrai papa poule malgré son approche un peu rustre de cowboy. Il fait une petite prière pour nous avant de nous laisser reprendre la route.

    Evergreen - Honey Island : 88 kmNous nous approchons de plus en plus de la Louisiane. Déjà 18 jours que je suis au Texas ! Un état tellement immense et divers. Pour sûr je n'oublierai pas tout ce que j'ai vu ici et ceux que j'ai rencontré. Nous nous arrêtons pour faire quelques courses. Un petit cheval de manège trône devant le supermarché. Nous nous avec. Un homme amusé nous dit qu'il a fait la même photo sur ce même cheval 40 ans en arrière. Un petit cheval chargé d'histoire !

    Evergreen - Honey Island : 88 kmNous arrivons à Honey Island en fin d'après-midi. Nous achetons de quoi boire à la petite superette et nous nous apprêtons à repartir lorsque le gérant nous propose de rester ici pour la nuit, dans sa grange. Il a quelque chose de profond et de bienveillant dans le regard. Il nous présente sa petite fille de 9 ans qui l'aide au magasin après l'école. Il est très fière d'elle, et elle très amoureuse de son grand-père. Ils sont tellement touchants tous les deux ! Chuck nous explique pourquoi l'endroit s'appelle Honey Island. Pendant la guerre de sécession, les brigands sudistes venaient dans la région bien connue pour ses ruches pour se rapprovisionner en vivre. Ils utilisaient les pots de miel vides pour cacher des munitions dans les marais environnants, sur une sorte d'îlot surnommé alors Honey Island. Puis il nous parle de son histoire personnelle, de son engagement dans l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. Il a la voix chargée d'émotion, en garde une sacrée cicatrice sur l'avant bras, mais il ne ressent aucune haine envers les vietnamiens. Il aimerait d'ailleurs même visiter ce pays avant de mourir. J'ai la chair de poule en l'écoutant. Il est si vrai, si touchant. Je n'ose plus poser de questions, je l'écoute juste avec passion, je bois les paroles de cet homme incroyable rencontré dans une petite superette au fin fond du Texas... quand je vous dis que les belles rencontres se font partout, tout le temps...  


    2 commentaires
  • Honey Island - Junction : 125 kmAprès une nuit dans la grange entre les bottes de foin, nous allons rejoindre Chuck dans la superette. Il nous prépare des œufs sur des toasts et du café. Un autre savoureux moment avec Chuck sur fond de discussions politiques et culturelles. Nous remontons en selle, après de chaleureux adieux. Nous roulons toute la journée, toujours plus à l'Est, pour arriver en fin de journée à la frontière entre l'état du Texas et celui de la Louisiane. Après 19 jours, des paysages divers, des rencontres toutes plus incroyables les unes que les autres, ça y est j'ai traversé le Texas ! Bien loin des idées reçues de cowboys rustres, simplets et violents, j'y ai découvert des gens adorables plein d'amour et de générosité.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique