• La Nouvelle-Calédonie... Je ne sais pas pour vous mais pour moi ça résonne un peu comme une destination de rêve, un peu comme toutes les destinations de mes derniers mois en fait... ;-)

    Mais la Nouvelle-Calédonie est une terre annonciatrice de retrouvailles avec l'une de mes petites pépites de copines, Diane ! Rencontrée au club de triathlon de Champigny sur Marne, c'est très vite devenue plus qu'une partenaire d'entrainement, une véritable amie avec un sourire à vous éclairer Quimper un soir d'hiver !

    Arrivée à Brisbane dans les temps pour prendre mon avion, c'est au final mon avion qui aura un léger retard... Mais Diane m'a attendu patiemment et m'a réservé le plus beau des accueils, avec le collier de fleur de bienvenue !

    Arrivée en Nouvelle-Calédonie

     


    2 commentaires
  • Présentation de la Nouvelle-CalédonieContrairement aux idées reçues, la Nouvelle-Calédonie n'est ni un DOM ni un TOM mais un POM, un Pays d'Outre-Mer. Ce statut lui confère une certaine autonomie vis-à-vis de la France, comme l'avait indiqué les accords de Matignon en 1988 puis ceux de Nouméa en 1998. Entre 2014 et 2018 aura lieu un scrutin d'autodétermination qui offrira à la Nouvelle-Calédonie un ensemble de choix sur son futur statut (Etat associé à la France, indépendance, large autonomie au sein de la République Française...).

    La Nouvelle-Calédonie est un archipel avec pour îles principales la Grande Terre, les îles Loyautés et l'île des Pins. La population s'élève à 250 000 âmes dont 150 000 résident à Nouméa, la capitale. On distingue différents groupes culturels : les Kanak, le peuple premier, les Calédoniens, arrivés dans l'archipel il y a entre 100 et 150 ans de manière libre ou forcée (présence d'un bagne), et les Métros, les Européens arrivés ces dernières années, notamment pour l'exploitation minière, le sol étant très riche en nickel. Ceci étant dit, les choses ne sont pas aussi carrées, j'ai simplifié au maximum pour tenter une explication concise de la situation. Il y a également beaucoup de métissage, ce qui emmènera la Nouvelle-Calédonie à prendre en compte l'avis de toutes ces communautés pour bâtir son avenir, le fameux "destin commun".


    votre commentaire
  • NouméaNouméa est la capitale de la Nouvelle-Calédonie. En y arrivant, j'ai trouvé qu'elle ressemblait à n'importe quelles autres villes de la côte Française. J'ai retrouvé des enseignes familières telles que Carrefour, Simply Market, Géant, et surtout, surtout, des boulangeries ! Mais en m'y promenant, j'ai trouvé une petite différence bien agréable : tout le monde se dit bonjour, se tutoie, se fait la bise. C'est tellement agréable tous ces sourires !

    Nouméa a été construite sur un ensembleNouméa de baies qui lui confère une topographie en sapin de Noël. Il y a d'abord l'Anse Vata où l'on trouve l'aquarium de la ville, une jolie plage et au large l'îlot Canard. En continuant vers le Nord on arrive sur la baie des citrons, avec ces nombreux bars et restaurants branchés. Puis il y a le port de la Moselle, le port de pêche où se déroule chaque matin un merveilleux marché aux poissons.


    2 commentaires
  • La Côte OuestProfitant d'un week-end de repos pour Diane, nous sommes parties sur la Côte Ouest avec un couple d'amis à elle, Victor et Rita, et leur 2 enfants, Nihlo et Simeï. Nous avons passé avec eux une superbe après-midi à la plage du côté de Bourail. C'est à cet endroit qu'une formation géologique fièrement dressée au milieu du lagon et nommée le bonhomme de Bourail La Côte Ouestest visible. C'est également ici que l'on peut traverser la Roche Percée et découvrir de l'autre côté une petite crique sauvage bordée de pins colonnaires. Le lagon est un véritable régal pour les yeux, se révélant dans un superbe camaïeu de bleu.

    Le soir avec Diane, nous avons campé sur la plage de Poé, au nord de Bourail. J'ai voulu testé l'efficacité de la tente 2 secondes Quechua gentiment prêtée par Victor et Rita. J'ai d'abord passé 10 minutes à ouvrir la fermeture éclair du sac de protection, pourtant aidée par les fous rire de Diane... Puis j'ai fait comme dans la pub, j'ai lancé la tente en l'air... mais elle s'est lamentablement écrasée sur le sol, toute raplapla... Game over, insert coins and try again !

    Le deuxième temps fort de la soirée fut la préparation du feu de camp. Nous avions préparé des brindilles pour l'allumage, et des branches de palmier pour maintenir le feu de camp. Mais les feuilles de palmier ça ne brûle pas, ça crame ! Nous avons failli mettre le feu à la forêt avec notre feu de joie !

    Le lendemain nous sommes parties sur la rivièreLa Côte Ouest Tontouta en canoë. 3 heures de descente sur une eau limpide où nous n'avons pas manqué de nous baigner. Ce fut une jolie balade et une bonne partie de rigolade, qui bien évidemment à mal tourné et a fini en bataille, pagaie contre pagaie debout dans le canoë !


    4 commentaires
  • Une jolie rencontreLe soir de mon arrivée à l'aéroport de Nouméa, j'ai du passer au service sanitaire pour faire inspecter mes affaires de camping. En effet, la Nouvelle-Calédonie est très vigilante envers la rouille des Myrtacées, un petit champignon pouvant provoquer la mort des arbres, non présente sur son territoire mais présente en Australie. Si elle était introduite, cela aurait des conséquences désastreuses pour les espèces végétales endémiques. Mon sac de rando a donc était fouillé, nettoyé, en même temps que celui de 2 autres Français, Céline et Guillaume, 2 petites bulles de sourires et de gentillesse. Du coup en attendant nos affaires nous avons discuté un peu. Guillaume travaille en Australie et se rendait en Nouvelle-Calédonie pour des vacances, et Céline venait de France pour travailler 6 mois ici puis partir 6 mois en vadrouille dans le pacifique. Le comble de l'histoire, c'est qu'ils se connaissaient de l'école hôtelière de La Rochelle et se sont retrouvés par hasard à l'aéroport de Brisbane ! Nous avons échangé nos numéros pour se revoir sur l'île.


    votre commentaire
  • Le SudAprès avoir découvert l'Ouest de la Grande Terre et ses paysages de pâtures arides en bord de mer, nous avons pris la route avec Diane et Céline pour admirer un tout autre paysage, les montagnes et la terre rouge du Sud. La couleur de la terre s'explique par un taux élevé en fer. Un lac artificiel, le lac de Yaté, s'est formé suite à l'installation d'un barrage hydroélectrique. Ce lac a englouti la végétation environnante, donnant naissance à la fameuse forêt noyée. Pour la petite anecdote (je sais Céline que tu vas m'en vouloir de l'écrire mais ça m'a tellement fait rire), Céline a cherché toute la balade la forêt de noyers...

    Après une petite marche dans le Parc deLe Sud la Rivière Bleue, nous avons fait halte aux chutes de la Madeleine. Ce parc naturel est une vraie mine botanique avec 168 espèces végétales différentes. Cette diversité exceptionnelle est doublée d’un incroyable taux d’endémisme : 95 % de ces végétaux n’existent qu’en Nouvelle-Calédonie dont une vingtaine exclusivement dans le sud de la Grande-Terre. Cette originalité floristique est évidemment due au sol riche en métaux (fer, chrome, nickel...) qui de ce fait contient très peu d'éléments nutritifs. Les plantes ont du s'adapter à cette terre hostile.

     


    votre commentaire
  • Pour continuer la découverte de la Grande Terre, Diane m'a emmené sur la côte Est, complètement différente de la côte Ouest. Le jaune des pâtures a laissé place au noir des falaises plongeant à pic dans le lagon turquoise.

    L'EstPour passer sur la côte Est, il faut traverser l'île par l'une des transversales qui serpentent au milieu de la chaine montagneuse. A chaque virage, les paysages étaient à couper le souffle. En route nous avons pris un auto-stoppeur, Henri, un jeune Kanak qui se rendait tout comme nous à Hienghène. Il nous a indiqué quelques points de vue où s'arrêter en route pour prendre de jolies photos. Nous avons également traversé des tribus, où les cases traditionnelles sont équipées de panneau solaire. Entre coutume et modernité, les Kanak ont su s'adapter. 

    Arrivés à Hienghène, nous avons priL'Ests congés d'Henri. Nous sommes allées au point de vue de la poule couveuse, une formation géologique baignant dans la baie. La ressemblance avec le gallinacé est vraiment frappante. Le temps semble s'être arrêté ici, la vie semble si paisible... Nous avons campé le soir venu sur une jolie plage, en évitant minutieusement de planter la tente sous les cocotiers, un accident est si vite arrivé !


    votre commentaire
  • L'autre soir, Diane s'est procurée de jolies et dodues langoustes que nous avons dégusté avec Victor et Rita. Première étape, tuer les langoustes ! Et ce n'est franchement pas une mince affaire. Victor a montré à Diane comment dompter la bête et découper la carapace en 2, la première tentative a été laborieuse mais ensuite Diane est devenue experte en préparation de langouste ! Personnellement j'ai préféré jouer avec Nihlo...

    Petit repas entre amis

    Petit repas entre amisPetit repas entre amis

    Ces langoustes étaient un délice... Un merveilleux repas ponctué de discussions autour du voyage, Victor et Rita étant de vrais aventuriers. Avec leur fils Nihlo ils sont partis de la région parisienne pour arriver en Nouvelle-Calédonie en camion ! Une formidable épopée qu'ils racontent sur leur blog www.nrv2011.com. Amoureux de l'image, du voyage et de l'aventure (pour reprendre une formule que les Niortais amateurs de "Connaissance du Monde" connaissent bien), foncez lire leurs articles !

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique