• Au boulot!

    Après avoir pris la décision de rester à Darwin et de travailler ici, j'ai commencé à regarder les petites annonces un lundi. Je n'avais pas envie de travailler dans ma spécialité, je préférais trouver un job atypique pour découvrir d'autres horizons. Et côté job atypique, à Darwin, il y a de quoi faire ! Ainsi, j'aurais pu laver les voitures en bikini, être serveuse en tenue de Catwoman ou encore femme de ménage sur un bateau. Mais j'ai choisi de devenir taxi-driver à vélo, histoire de garder le rythme. J'ai passé l'entretien le mardi pour commencer le mercredi.

     Mon nouveau bolide s'appelle Pedicabs. Je peux transporter jusqu'à 3 personnes, en musique, car le vélo est équipé d'une sono.

    Au boulot!C'est un travail de nuit. Le principe, je loue le vélo à la compagnie et ensuite je suis complètement indépendante. Je dois juste travailler minimum 5 nuits par semaine, entre 18h et 6h, à moi de choisir mes jours et mes horaires, mais plus je roule et plus je gagne d'argent. Tout l'argent que je récolte auprès de mes passagers est pour moi. Je n'ai pas de salaire, à moi de pédaler pour rembourser dans un premier temps la location puis faire du profit.

     J'ai commencé par me faire des compilations de musique pour attirer les gens. La nuit, il y a deux types de passagers : les couples et les potes. J'ai fait une liste de lecture avec toutes mes musiques de loveuse pour les premiers, et mes musiques de clubbeuse pour les seconds.

     Deuxième étape, le repérage de la ville. Darwin n'est pas bien grande et tout est rectiligne, c'est donc assez facile de s'y orienter. J'ai juste appris les noms et emplacements des bars, boites et hôtels.

     Étape suivante, l'attitude à avoir sur leAu boulot! vélo. Je me suis vite rendue compte que les gens sautaient parfois dans le Pedicabs non pas tant pour aller quelque part mais plutôt pour passer un bon moment. Plus tu souris, plus tu danses sur ton vélo, plus tu attrapes des clients. Il faut juste rester prudente, un travail de nuit à la sortie des bars signifie que les gens sont parfois bien imbibés... Pas toujours simple à gérer !

     

    J'ai eu des expériences inédites à faire ce job. J'ai découvert le monde de la nuit à Darwin, sa bonne humeur, ses festivals, ses retours de marins au port, ses bagarres...

    Au boulot!J'ai fait de jolis rencontres avec des passagers supers adorables comme Zack et Tyron qui m'ont fait découvrir leurs univers musicaux le temps d'un trajet. J'ai sympathisé avec une petite mamie aborigène, Grace (la réincarnation de mon vélo???), qui m'achetait régulièrement des tours de ville avec en musique de fond « Sexual Healing » de Marvin Gay. Elle me racontait sa vie et rigolait à l'arrière de mon Pedicabs quand elle était sobre, et m'hurlait dessus et me frappait quand elle avait bu. Ah les méfaits de l'alcool...

    Un soir un peu calme je me suis stationnée devant Aaron qui jouait de la guitare dans la rue pour le plaisir. Je l'ai écouté puis je suis descendue chanter avec lui « Pretty Woman », ce qui a été le début de notre amitié.

    Il y avait aussi les chauffeurs de taxi et les mecs de la sécurité des bars qui veillaient sur les riders, nous offrant à boire, à manger ou éloignant les passagers désagréables.

    Et puis il y avaient les autres riders, une vraie famille.

    En bref à ce petit jeu mes mollets d'acier et mon sourire ont été un réel atout, en 1 mois j'ai gagné l'équivalent de 5 fois mon salaire d'ingénieur d'étude à l'INSERM... De quoi profiter du reste de mon voyage !


  • Commentaires

    1
    le20bollee
    Mercredi 18 Septembre 2013 à 10:18

    Bravo pour ton courage, tu vas avoir les mollets en béton.

    Biz

    Cat et Dan

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :