• Del Rio - Campwood : 114 kmLe beau temps est revenu ! Ce n'est pas pour me déplaire. Et en plus après une quarantaine de kilomètres je quitte la route principale pour m'enfoncer dans les montagnes par une petite route déserte. C'est somptueux ici. Je suis dans la partie du Texas appelée Texas Hills, le Texas vallonnées. Ca grimpe un peu mais rien de bien méchant, les dénivelés restent abordables. Comme c'est calme ici je vois beaucoup d'animaux : biches, sangliers, dindons, putois et même un tatou.

    Del Rio - Campwood : 114 kmJ'arrive à Campwood, un petit village presque fantôme. Nous sommes le dimanche 1er Février, jour du SuperBowl. Je voulais vivre cet évènement si important ici dans une ambiance enivrante, je crois que ça va être loupé... Le seule motel de la rue principale est fermé. Je roule dans la rue déserte, jusqu'à ce qu'un petit monsieur m'interpelle. Il tient une chambre d'hôte mais elle est occupée. Il a cependant une deuxième maison en construction avec salle de bain et cuisine équipée mais qui n'a pour seul mobilier qu'un canapé. C'est bien plus que ce dont j'ai besoin... Il me laisse donc "camper" dedans. Je me douche, me change et me rends au bar du village. Et là, surprise ! Un écran géant est installé pour le match de football américain. Je vais pouvoir suivre l'évènement. Je commande un Coca et m'installe à une table. Intrigués, les habitants du village viennent me parler et m'offrir des verres. L'ambiance est sympathique et joyeuse.

    Del Rio - Campwood : 114 kmJe discute un long moment avec Mickey. Il rit d'avoir le même prénom que la célèbre souris. Il me parle de la vie au village et de la campagne Texane, bien loin des préjugés des cowboys se baladant le gun à la ceinture. Il y en a certes... Mais le Texas ce n'est pas que ça. Mickey se décrit comme étant un vieil homme de la campagne, mais il est bien plus que ça. C'est un poète, un artiste. Il a joué dans plusieurs groupe de musique country, il écrit des textes, il adore écrire. Il a ce projet artistique magnifique qu'il a appelé "Paint the world in Peace", "Peins le monde en Paix". Il a écrit des versets sur la paix, et il voudrait que des artistes illustrent ses phrases. C'est beau, c'est touchant, c'est complètement en accord avec mes pensées. Il m'a demandé de passer le message à mon pays qui a souffert il y a peu d'attaques terroristes. Peace, Love and Cycling


    votre commentaire
  • Campwood - Magasin sur le bord de la route : 60 kmIl fait un froid glacial aujourd'hui. Je grimpe dans les montagnes, ce qui me réchauffe, mais dans les descentes le vent se glisse sous mes vêtements. Je suis gelée. Je m'arrête dans un petit village à la mi-journée et je passe quelques heures au chaud. Je repars mais il fait toujours aussi froid. Au bout de 60km, je rencontre un petit magasin sur le bord de la route. J'entre pour prendre le énième chocolat chaud de la journée.

    Campwood - Magasin sur le bord de la route : 60 kmLe propriétaire discute avec moi et me propose sa cuisine professionnelle pour refuge cette nuit. J'accepte car je n'ai vraiment pas envie de camper avec ce froid. J'installe mon matelas, j'ai tout ce qu'il faut à disposition pour cuisiner et il y a même une petite salle de bain. Je n'aurais pas beaucoup avancé aujourd'hui mais parfois il faut savoir être raisonnable.


    votre commentaire
  • Magasin sur le bord de la route - Morris Ranch : 124 kmAujourd'hui la route continue de grimper dans les montagnes avant de redescendre dans la vallée et de longer la rivière Guadalupe. C'est une route très agréable et très tranquille. Au petit village d'Ingram, je rentre dans le café qui fait également office de magasin, de banque et j'en suis sûre, de bien d'autres choses. Lorsque je pousse les portes, tous les regards se braquent sur moi. J'ai vraiment l'impression de rentrer dans un saloon, la déco, l'ambiance, on y est là! Je repars avec mon chocolat chaud en direction de Kerville. Je suis alors à 30 km de ma destination de ce soir, le ranch de Byron et Pam à Morris Ranch.

    Magasin sur le bord de la route - Morris Ranch : 124 kmComme j'ai de l'avance, je passe un long moment dans un café. La propriétaire m'offre toutes mes tasses de chocolat chaud. Regonflée à bloc, je repars sous la pluie. Une première voiture s'arrête pour me proposer un hébergement pour la nuit. Une deuxième pour me prendre en stop. Que de générosité par ici ! J'arrive au ranch, Byron et Pam m'y réservent un accueil très chaleureux autour d'un bon diner. Byron est triathlète et me parle de toutes les courses organisées dans le coin. C'est un vrai paradis pour cyclistes ici. Normal, c'est la région qui a vu grandir un grand champion du deux roues, Lance Armstrong.


    votre commentaire
  • Morris Ranch - Austin : 156 kmUn copieux petit déjeuner dans le ventre, je quitte le ranch ce matin pour rallier Austin où m'attend Athéna. Je traverse le jeune vignoble de Texas Hills, très prometteur parait-il. Je m'amuse dans les collines, ça monte, ça descend, ça tourne, ça vire... Je passe dans des forêts, je traverse des rivières au sens propre. Je trempe un peu les baskets dans un passage à gai, mais j'arrive à Austin pas peu fière de ma journée. Je vais faire une petite pause de 2 jours ici, histoire de visiter la ville et de me remettre en forme pour le reste du Voyage. Je viens de passer les 2500 km, je suis à la moitié !


    4 commentaires
  • Austin - Winchester : 103 kmJe me suis arrêtée 2 jours à Austin histoire de recharger un peu les batteries et visiter la ville. Austin est une ville en devenir. Il y a 20 ans ce n'était encore qu'un village de cowboys, mais aujourd'hui c'est une ville moderne, capitale mondiale de la musique country, très BO-BO. C'est l'une des rares villes démocrates au milieu d'un Texas républicain. C'est la ville où tout semble possible. Parmi mes visites, il y a eu entre autres le campus universitaire, la piscine naturelle de Barton Springs, la maison mère des magasins bio Whole Foods...

    Austin - Winchester : 103 kmMais Austin à également été pour moi l'occasion de rencontrer Chris, un cyclotouriste Suisse qui fait le tour du monde. Nous étions restés dans la même famille à El Paso à quelques jours d'intervalle et depuis nous étions en contact pour, si l'occasion se présenter, partager un bout de route ensemble. Autour d'un petit déjeuner végétarien au Bouldin Creek Coffee, nous avons décidé de prendre la route ensemble jusqu'à la Nouvelle Orléans.

    Austin - Winchester : 103 kmNous sommes donc partis ce matin, commençant par une pause café à la boutique de l'enfant cycliste du pays, Lance Armstrong. Une foule de cyclistes s'y pressent le samedi matin pour avaler une boisson chaude avant de partir rouler. L'ambiance est vraiment bike friendly ici, c'est un régal. Les 7 maillots jaunes du grand champion sont exposés, ainsi que certains de ses vélos et quelques photos de courses. Puis nous reprenons la route, jusqu'au prochain coin de rue...

    Austin - Winchester : 103 kmQuelques mètres plus loin nous rencontrons un marché bio avec toutes sortes de stands : légumes bio, pâtisseries vegan, limonades bio, miel bio, huiles essentielles bio, élixir de jouvence ou filtre d'amour bio et... pain français ! Nous sommes très curieux de goûter cette baguette. C'est un vrai délice... Ca croustille à l'extérieur, c'est fondant à l'intérieur... Mais à 8 dollars la baguette nous nous contenterons de la dégustation. Nous rencontrons une jeune femme qui ramasse les déchets biodégradables dans la ville pour en faire du compost, à vélo. Elle nous raconte également ses aventures de cyclotouristes à travers l'Amérique. A cet instant un couple s'arrête pour nous proposer de nous héberger le soir venu. Mais nous partons ! Enfin, nous essayons...

    Austin - Winchester : 103 kmCar au carrefour suivant nous tombons sur le défilé des scouts ! Des dizaines de corporations différentes défilent dans les rues de la ville pour célébrer le scoutisme. Nous défilons avec eux jusqu'au capitole. Les fanfares jouent à tue-tête, les enfants chantent l'hymne de leur corporation, l'ambiance est joviale. Nous quittons le cortège pour nous diriger vers la sortie de la ville. On ne quitte pas Austin si facilement !

    Austin - Winchester : 103 kmNous roulons le reste de la matinée en direction de l'Est. Peu avant midi nous passons devant un temple bouddhiste. Nous nous arrêtons pour visiter. Chris, qui a été initié à la culture Thaï lors de son périple en Asie, m'explique les règles à respecter dans le temple. Les moines nous invitent à manger la nourritures préparés par quelques fidèles présents pour rendre hommage à un de leurs amis décédé il y a deux ans des suites d'un cancer. Nous partageons leur table et nos histoires.

    Austin - Winchester : 103 kmL'après-midi nous roulons au milieu de la campagne Texane qui a parfois des airs de petite maison dans la prairie. En fin d'après-midi, nous nous arrêtons au pub de Winchester pour demander aux propriétaires s'ils connaissent un endroit où l'on peut camper. Ils nous invitent à planter la tente derrière le pub. En attendant la nuit, nous discutons avec les locaux. L'un d'eux, David, nous invite à passer la nuit chez lui plutôt que sous la tente. Encore une incroyable démonstration de générosité...


    votre commentaire
  • Winchester - Navasota : 119 kmNous quittons David et sa famille pour reprendre notre route. En ce dimanche matin, beaucoup de voitures nous doublent pour aller à la messe, dont les propriétaires du pub de la veille qui ne manquent pas de nous souhaiter bon voyage. Le soleil est revenu, il fait beau, chaud même. Que c'est appréciable ! La campagne est toute verte ici, les pluies hivernales y sont surement pour quelque chose.

    Winchester - Navasota : 119 kmEn fin d'après-midi nous nous arrêtons dans un petit magasin sur le bord de la route. C'est une vieille bâtisse où les locaux viennent se réapprovisionner en produits de première nécessité. Nous demandons au patron de remplir nos bouteilles d'eau au robinet, mais au lieu de ça ils nous offre des bouteilles d'eau minérale bien fraiche. Il voit pas mal de cyclistes passer chaque année sur la Southern Tier et tient même un petit journal où ils les fait signer. Nous nous prêtons au jeu.

    Winchester - Navasota : 119 kmUn peu plus loin nous trouvons un pré tranquille à côté d'un bois où camper. Nous montons la tente, préparons le diner. La nuit tombe, nous discutons sous le ciel étoilé. Nous parlons évidemment voyage, Chris est vraiment passionnant à écouter avec toutes ces aventures autour du globe. Il a monté une association pour mettre en relation les écoles du monde entier, en se faisant le messager de dessins que ces enfants ont réalisé pour d'autres enfants. Vous pouvez en lire plus sur ses aventures et son beau projet par ici http://www.allschoolproject.ch/.


    votre commentaire
  • Navasota - Evergreen : Quoi de mieux pour commencer la journée que d'énoooooormes pancakes ? L'avantage de voyager en vélo c'est qu'ils seront vite éliminés ! Quel régal ! De bons vrais pancakes américains dégoulinant de sirop d'érable. Miam ! Une fois l'estomac bien rempli, nous pédalons toujours plus à l'est, à travers champ d'abord puis nous ne tardons pas à arriver à l'orée de la forêt. Il fait grand beau une fois de plus, oubliées les journées froides de l'Ouest !

    Navasota - Evergreen : A l'horizon nous apercevons un énorme nuage de fumée du à un feu de forêt. Un hélicoptère tourne autour, semblant surveiller la zone. En effet, c'est un feu volontaire pour entretenir la forêt. Mais sacré feu quand même ! La route dans la forêt est un pur régal : c'est beau, c'est calme, le revêtement de la route est bon et le soleil brille. Les écureuils et les pics sont les maîtres de ces lieux. Quelques lacs parsèment les bois, offrant un peu de fraicheur aux environs.

    Navasota - Evergreen : Nous roulons jusqu'à la tombée de la nuit. Lorsque le soleil commence à se coucher, nous nous arrêtons à un carrefour pour faire des photos de cette lumière exceptionnelle. L'atmosphère est calme et paisible. C'est alors que déboule un quad à vive allure de la route secondaire, pour emprunter un chemin forestier. 10 secondes après arrive la voiture du shérif, toute sirène hurlante. Il nous demande en hurlant où est passé le quad. Nous pointons le chemin forestier du doigt. Le shérif démarre en trombe, le quad ressort, l'arrestation va avoir lieu et nous, nous nous retrouvons au milieu de cette scène digne d'un film hollywoodien. Ni une ni deux, nous sautons sur nos vélo pour déguerpir. Deux autres voitures de shérif arrivent. Nous filons pour trouver un endroit où camper loin de cette agitation.

    Navasota - Evergreen : Un peu plus loin nous trouvons une église avec de la lumière. Nous allons demander si nous pouvons camper à son abord. Le pasteur est en vacances mais les fidèles nous accueillent les bras ouverts. Comme tous les lundis soir, ils se réunissent pour jouer aux dominos, plus précisément au 42. Ils nous apprennent les règles puis nous nous installons à une table pour jouer. Après une première partie hésitante, une fois les règles bien compris, nous remportons la seconde haut la main. L'un des fidèles, Lee, nous offre l'hospitalité dans sa maison à quelques minutes de l'église. Il nous explique les fondamentaux de son courant religieux, nous offre le repas et une chambre chacun pour un repos bien mérité.


    3 commentaires
  • Evergreen - Honey Island : 88 kmLa douce odeur du bacon grillé et des œufs brouillés me tirent du lit ce matin. Lee est en cuisine pour nous préparer un copieux petit déjeuner avant notre départ. Il nous montre des photos de ses enfants, tous passionnés de musique, et nous offre leur CD de musique country. Il parle d'eux avec beaucoup d'amour et d'émotion. Je sens en lui un vrai papa poule malgré son approche un peu rustre de cowboy. Il fait une petite prière pour nous avant de nous laisser reprendre la route.

    Evergreen - Honey Island : 88 kmNous nous approchons de plus en plus de la Louisiane. Déjà 18 jours que je suis au Texas ! Un état tellement immense et divers. Pour sûr je n'oublierai pas tout ce que j'ai vu ici et ceux que j'ai rencontré. Nous nous arrêtons pour faire quelques courses. Un petit cheval de manège trône devant le supermarché. Nous nous avec. Un homme amusé nous dit qu'il a fait la même photo sur ce même cheval 40 ans en arrière. Un petit cheval chargé d'histoire !

    Evergreen - Honey Island : 88 kmNous arrivons à Honey Island en fin d'après-midi. Nous achetons de quoi boire à la petite superette et nous nous apprêtons à repartir lorsque le gérant nous propose de rester ici pour la nuit, dans sa grange. Il a quelque chose de profond et de bienveillant dans le regard. Il nous présente sa petite fille de 9 ans qui l'aide au magasin après l'école. Il est très fière d'elle, et elle très amoureuse de son grand-père. Ils sont tellement touchants tous les deux ! Chuck nous explique pourquoi l'endroit s'appelle Honey Island. Pendant la guerre de sécession, les brigands sudistes venaient dans la région bien connue pour ses ruches pour se rapprovisionner en vivre. Ils utilisaient les pots de miel vides pour cacher des munitions dans les marais environnants, sur une sorte d'îlot surnommé alors Honey Island. Puis il nous parle de son histoire personnelle, de son engagement dans l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. Il a la voix chargée d'émotion, en garde une sacrée cicatrice sur l'avant bras, mais il ne ressent aucune haine envers les vietnamiens. Il aimerait d'ailleurs même visiter ce pays avant de mourir. J'ai la chair de poule en l'écoutant. Il est si vrai, si touchant. Je n'ose plus poser de questions, je l'écoute juste avec passion, je bois les paroles de cet homme incroyable rencontré dans une petite superette au fin fond du Texas... quand je vous dis que les belles rencontres se font partout, tout le temps...  


    2 commentaires
  • Honey Island - Junction : 125 kmAprès une nuit dans la grange entre les bottes de foin, nous allons rejoindre Chuck dans la superette. Il nous prépare des œufs sur des toasts et du café. Un autre savoureux moment avec Chuck sur fond de discussions politiques et culturelles. Nous remontons en selle, après de chaleureux adieux. Nous roulons toute la journée, toujours plus à l'Est, pour arriver en fin de journée à la frontière entre l'état du Texas et celui de la Louisiane. Après 19 jours, des paysages divers, des rencontres toutes plus incroyables les unes que les autres, ça y est j'ai traversé le Texas ! Bien loin des idées reçues de cowboys rustres, simplets et violents, j'y ai découvert des gens adorables plein d'amour et de générosité.


    1 commentaire
  • Junction - Iota : 127 kmAprès une nuit en bivouac dans la forêt, nous revoilà sur la route. Le soleil et une température clémente nous accompagnent ce matin. Chris se moque de moi car je suis toute emmitouflée alors que lui roule en t-shirt. Oui ben 2 ans sans hiver ça laisse des traces ! Aujourd'hui nous quittons la route du Southern Tier pour mettre cap au Sud et explorer de manière plus approfondie la Louisiane. Ah la Louisiane ! Cette petite touche française au milieu des Etats-Unis... Juste pour rappel, la Louisiane fut une colonie française acquise par la Nouvelle-France (Québec) sous Louis XIV. C'est en hommage au roi soleil que ce territoire fut baptisé Louisiane. Les habitants de la nouvelle-France s'appelait les Acadiens. Au fil du temps en Louisiane on les a appelé les Cadiens puis les Cajuns. Très peu parlent encore français, notre langue ayant été interdite fut un temps. Mais il est très amusant de trouver de vieux Cajuns qui le parlent, l'accent est incontournable !

    Junction - Iota : 127 kmEn fin d'après-midi, nous faisons une petite pause à la superette de Basile. La propriétaire, Tina, est toute excitée par nos aventures. Elle nous pose mille et une questions, et nous demande si nous avons déjà gouté le boudin d'ici. Non, pas encore... Alors elle part en cuisine nous chercher un échantillon, échantillon d'au moins un demi kilo qui nous fera 2 repas ! Elle est toute pétillante, une vraie boule d'énergie. Son sourire est communicatif. Elle nous explique qu'ici dans la campagne Louisiane, on célèbre encore Mardi Gras comme à l'ancienne. La fête dure environ une semaine, jusqu'au fameux "Fat Tuesday" qui cette année tombe le 17 février. Les gens se déguisent et vont de ferme en ferme à cheval pour demander de la nourriture : du riz, du poulet, des légumes, des écrevisses... Puis tout ce petit monde se réunit sur la place du village et cuisine ensemble un des plats typiques de la région, le gumbo. Le gumbo est une soupe épicée avec à peu près tous les ingrédients cités plus haut qui flottent dedans. C'est savoureux.

    Junction - Iota : 127 kmNous quittons Tina après un gros bisou et nous poursuivons notre chemin. La nuit commence à tomber, nous cherchons un endroit pour camper. Mais nous sommes au beau milieu des rizières ! Difficiles de planter la tente dans les champs inondés... Nous arrivons à une intersection. Tous les chemins mènent à Lafayette, notre destination de demain soir, mais nous hésitons. A gauche la route est belle et il y a un bois où sûrement nous pourrons camper. Tout droit la route est défoncée mais un panneau attire mon attention : Restaurant et Musique Cajun à 3 miles. Chris veut la forêt, moi le restaurant. Gentleman, il finit par céder. Il bougonne un peu me disant que ce sera sûrement fermé un jeudi soir. Nous y parvenons, il y a au moins une centaine de voitures parquées devant... C'est le Jeudi Gras ! C'est la grosse fête à l'intérieur.

    Junction - Iota : 127 kmNous prenons part aux festivités en attendant qu'une table se libère. On nous invite à danser, on nous fait gouter crevettes et écrevisses... On ne sait pas où l'on va dormir mais pour sûr on va bien manger et bien s'amuser ! Nous regardons le menu : 2 bonhommes déguisés se mettent à côté de nous et commentent la carte en français dans le texte "Hummm c'est bonnnn" "Hummm grosse panse!". On ne peut s'empêcher de rire avec Chris. Entre notre commande et ce que nous donnent les gens autour, nous goûtons à peu près tout ce qu'il y a à la carte. Puis nous dansons, jusqu'à la fermeture. C'est alors que se repose la question de où dormir. Gentiment la propriétaire du restaurant nous montre un endroit où planter la tente dans le champ derrière et nous autorise à utiliser les toilettes mobiles qu'elle appelle adorablement "le pot de chambre". Que demander de plus !


    votre commentaire
  • Iota - Lafayette : 72 kmAu petit matin, Sally, la propriétaire du restaurant, vient nous proposer un café. Nous la suivons en cuisine où elle est ravie de nous faire visiter les réfrigérateurs remplis d'écrevisses vivantes. Elle nous explique l'élevage de l'écrevisse en Louisiane : les rizières environnantes ont en fait une double utilité. La première, la culture du riz bien sûr. Une fois le riz récolté, les fermiers inondent les champs et les écrevisses s'étant terrées dans le sol l'année précédente remontent à la surface, grandissent, pondent des œufs qui produiront la génération suivante l'année d'après. Les fermiers pêchent donc en bateau dans les champs inondés !

    Iota - Lafayette : 72 kmSally est passionnante. C'est un petit bout de femme de 70 ans qui tient son commerce d'une main de fer. Avec son mari, ils ont été dans les premiers à se lancer dans l'élevage d'écrevisses dans les environs. Aujourd'hui leur fils a repris l'exploitation et eux gèrent le restaurant. Sally veut nous laisser un petit souvenir d'ici. Elle nous offre des T-shirts du Mardi Gras à l'effigie du restaurant.

    Iota - Lafayette : 72 kmLa route à travers la campagne est un vrai régal. Pas une voiture, des rizières à perte de vue, un doux soleil... Un vrai plaisir ! Peu avant Lafayette nous rejoignons une route un peu pus fréquentée, beaucoup moins agréable. Chris a quelques coups de sang envers des automobilistes qui nous doublent d'un peu trop très... A Lafayette nous sommes accueillie par Beckie et son mari. Ils ne sont pas là ce soir, occupés à organiser une sortie canöé pour la Saint Valentin. Mais gentiment, ils nous laisse libre accès à leur maison. Après une bonne douche, nous partons diner en ville et admirer la parade de carnaval. Toutes les écoles de la ville défilent avec leur fanfare et leurs cheerleaders.


    1 commentaire
  • Lafayette - Morgan City : 112 kmNous prenons un copieux petit déjeuner avec nos hôtes, discutant de nos soirées respectives et de nos aventures à vélo. Beckie nous conseille sur les routes à emprunter, puis nous partons tout doucement. Nous avons fait 2 kilomètres que déjà une pause s'impose : une boulangerie française !! Nous entrons et nous émerveillons devant les pâtisseries, les baguettes et les galettes des rois. L'un des employés nous entend parler Français et va chercher le propriétaire des lieux, François. Il a quitté Pau, sa ville natale, il y a 50 ans, pour venir tenter sa chance aux Etats-Unis. Il n'est jamais reparti. Content de voir une petite Française et un petit Suisse, il nous offre le café et les croissants. Ce n'est pas comme si nous sortions à peine de table...

    Lafayette - Morgan City : 112 kmPuis il nous fait visiter les lieux et ajoute un petit commentaire croustillant sur chaque employé. Il est vraiment marrant. Avec son petit accent du sud qui a survécu au temps, c'est un vrai personnage. On passerait des heures et des heures à l'écouter, mais on en a déjà passé une, et on a un peu de route à faire ! Vers 10h, avec un petit 2 km au compteur, je crois qu'on a explosé tous nos records d'efficacité ce matin !

    Lafayette - Morgan City : 112 kmLes routes sont bordées des fameuses maisons coloniales si typique à la Louisiane. Le paysage est chargé d'histoire, les champs de coton et de canne à sucre nous rappellent qu'ici, l'esclavagisme a sévèrement sévit au 18ème siècle. En fin de journée nous atteignons Morgan City. Nous campons avec un charmant voisin, le raton laveur.


    votre commentaire
  • Morgan City - Bords du Mississippi : 113 kmLa route est plongée dans un épais brouillard ce matin. Nous roulons avec les lampes jusqu'à la moitié de la matinée. Nous traversons les swamps, ces fameux marécages appelé en Cajun le bayou. Nous ne tardons pas à rejoindre les rives du Mississippi, ce fleuve immense qui traverse les Etats-Unis du Nord au Sud. Sa largeur est vraiment impressionnante. Nous le longeons toute la journée sur une petite route de campagne. Tout le long une digue a été construite pour protéger les plaines environnantes d'éventuelles inondations.

    Morgan City - Bords du Mississippi : 113 kmLe soir, nous plantons le bivouac sur les rives du grand fleuve. Quel bonheur ! Bon nous découvrons très vite les joies du commerce fluvial, et nous sommes sous un couloir aérien. Nouvel éclat de rire, nous qui pensions être au calme ! Mais malgré tout la nuit sera calme, l'activité des bateaux et des avions ayant cessé. Nous dinons, nous nous couchons et soudain je suis prise d'un affreux doute : il n'y a pas de crocodiles dans le Mississippi ??? Cette question n'a pas l'air d'inquiéter Chris. Je vérifie quand même sur internet : il y a des alligators qui normalement n'attaquent pas le campeur dans sa tente. Bon... Et puis au pire j'ai une chance sur deux qu'ils dévorent Chris plutôt que moi...


    4 commentaires
  • Bords du Mississippi - New Orleans : 86 kmAujourd'hui, c'est l'anniversaire de Chris ! Il nous reste 86 km à parcourir pour atteindre notre objectif : célébrer ses 31 ans à la Nouvelle-Orléans. La route est facile, nous suivons le Mississippi, c'est tout plat. Mais nous avons un sacré vent de face ! A midi, épuisés, nous avons besoin d'un peu de réconfort. Et puis c'est l'anniversaire de Chris ! Alors : Burger ! Nous nous arrêtons dans un vrai dinner, un comme dans les films, avec le jukebox et tout. La sauce du burger nous dégouline partout sur les doigts, hummm miammm.

    Bords du Mississippi - New Orleans : 86 kmNous entrons dans la Nouvelle-Orléans non sans une petite émotion. En plus, comme c'est lundi gras, la rue principale est fermée pour la parade à venir. C'est royal ! Nous roulons au milieu de cette rue déserte, bordée de badauds qui attendent les chars et qui nous regardent amusés. Nous parvenons à Bourbon Street, le cœur du quartier Français, et la rue des bars de jazz. La rue est surpeuplée, nous devons marcher avec les vélos. La bonne idée de passer par là ! Nous finissons par prendre une rue parallèle pour quitter la foule.   

    Bords du Mississippi - New Orleans : 86 kmNous arrivons chez Sasha, un ami de ma petite collègue espagnole Itziar. Il va nous héberger pendant 2 jours dans son "château" comme il l'appelle. C'est une ancienne église en réalité réaménagée en appartement. Superbe. Sasha nous explique ce qu'on peut voir et faire pendant ces 2 jours, de la sortie de ce soir pour célébrer l'anniversaire de Chris aux visites culturelles, sans oublier les festivités de Mardi Gras demain.

    Bords du Mississippi - New Orleans : 86 kmSasha nous a expliqué qu'à la Nouvelle Orléans, lorsque quelqu'un fête son anniversaire, il porte un dollar accroché à son t-shirt. Ainsi tout le monde sait que c'est son anniversaire et peut rajouter des dollars au crochet. Bien avisé, nous partons diner, Chris avec son billet en guise de pin's. Puis nous allons dans un bar écouter de la musique Cajun. Les instruments typiques de ce genre de musique sont l'accordéon, le violon et la planche à laver. Le groupe chante en Français mais même en tendant l'oreille on a du mal à comprendre les paroles tellement l'accent est prononcé.  Puis nous allons dans un autre bar danser sur des rythmes plus pop-rock. Au final, Chris n'aura récolté aucun dollar supplémentaire mais aura gagné une bière offerte et des bisous de charmantes demoiselles.


    1 commentaire
  • La Nouvelle OrléansLes festivités de Mardi Gras commencent dès l'aube avec la parade des squelettes qui se charge de réveiller la ville dans un vacarme fracassant. Puis il y a les parades de quartier, où les habitants déguisés prennent part après avoir grignoter et bu dans la maison d'un voisin. C'est par cette tradition que nous commençons la journée. Sasha nous conduit chez un de ses amis qui ouvre sa maison a qui veut bien une petite coupe et une petite part de gâteau. Petits et grands, tout le monde est déguisé, même nous, aidés par Sasha. Puis, tout ce petit monde se met en route pour rejoindre le cœur de la ville et admirer les chars.

    Le jour suivant, je laisse Chris à la rédaction de son blog et me rends à un cours de cuisine Cajun. Avec Pat, j'apprends à faire le gumbo et la jambalaya, deux plats traditionnels. Elle me raconte toute l'histoire de l'Etat de la Louisiane pour comprendre les différentes influences dans la cuisine, influences françaises, espagnoles, créoles, africaines... J'ai l'impression d'être un show télé avec Maïté : même décors, même force de caractère !

    La Nouvelle Orléans

    La Nouvelle OrléansLa Nouvelle Orléans

    Puis, j'erre en vélo dans la ville, à la découverte de cette cité incroyable aux milliers de visages, de couleurs, d'épices et de charmes. La Nouvelle Orléans est vraiment une jolie ville.

    La Nouvelle Orléans

    La Nouvelle OrléansLa Nouvelle Orléans

     


    votre commentaire
  • C'est ce matin que nos routes se séparent avec Chris. Je pars à l'Est pour retrouver le Southern Tier et lui monte au Nord vers Atlanta. Ca a été une chouette rencontre et un vrai plaisir de rouler avec lui. On espère qu'il y aura une prochaine fois ! Les environs de la Nouvelle Orléans sont des marécages à perte de vue.

    New Orleans - Gulfport : 137 km

    New Orleans - Gulfport : 137 kmNew Orleans - Gulfport : 137 km

    Je ne tarde pas à arriver à la frontière avec l'état du Mississippi. Voilà, la Louisiane, c'est fini ! J'ai adoré cet état, pour la sympathie des gens, la culture, l'histoire, la nourriture... La Louisiane est un état qui pour sûr ne laisse pas indifférent !


    1 commentaire
  • Du côté du Mississippi, je me retrouve à longer la mer des caraïbes. D'immenses plages de sables fins me tiennent compagnie. Il fait encore un peu frais pour piquer une tête, mais c'est rudement agréable d'avoir ces étendues rien que pour moi !

    Nouvelle Orléans - Gulfport : 137 km

    Nouvelle Orléans - Gulfport : 137 kmNouvelle Orléans - Gulfport : 137 km

    Le soir, je suis accueillie chez Barbara et Bernie. Ils me confirment que ces plages sont un petit paradis secret. Pendant que je discute avec Bernie, Barbara s'active en cuisine pour nous concocter des burgers de saumon avec des épinards fris. La version diet du pêché américain !


    1 commentaire
  • Gulfport - Dauphin Island : 126 kmTravaillant dans l'armée, Barbara et Bernie sont partis très tôt ce matin. Mais ils ont quand même pris soin de me laisser le petit déjeuner sur la table et le café tout chaud dans la cafetière. Adorable ! Je reprends la route en longeant la côte. Ca souffle en vent contraire aujourd'hui, je sens les muscles des cuisses qui poussent pour compenser. Cette plage est interminable ! Quand enfin j'en vois le bout, c'est également la fin de l'état du Mississippi. Mon passage dans cet état aura été plus qu'éclair !


    votre commentaire
  • Gulfport - Dauphin Island : 126 kmMe voici donc dans l'Alabama où je rejoins enfin la route du Southern Tier. L'attraction majeure des environs est la baie de Mobile. Pour la traverser, deux choix s'offre à moi : la contourner par le nord où la traverser par le sud en passant par Dauphin Island via un pont puis en regagnant l'autre côté de la baie en ferry. Je choisis cette seconde option. Dauphin Island doit bien l'origine de son nom au mot français, non pas l'animal mais bien le titre, en hommage au futur Roi de France de l'époque de sa découverte, Louis XIV.

    Gulfport - Dauphin Island : 126 kmPour arriver sur l'île côté Ouest, il y a un pont. Pour la quitter côté Est, il y a un ferry. J'emprunte donc le pont aujourd'hui et je prendrais le ferry demain pour quitter l'île. Mais le vent souffle encore plus fort sur le pont. Je peine à avancer, si bien qu'en 20 minutes de traversée pas moins de 3 voitures s'arrêtent pour me proposer de me déposer de l'autre côté. Non, je vais y arriver ! Je visite l'île, un autre petit coin de paradis. Cette nuit, le vent souffle vraiment fort.


    votre commentaire
  • Dauphin Island - Fairhope : 121 kmJe me rends de bonne heure à l'embarcadère pour partir avec le premier ferry. Mais le vent souffle toujours fort, la mer est démontée, le ferry ne partira pas aujourd'hui... Et sûrement pas demain non plus. Je n'ai plus qu'une solution : contourner la baie par le nord, ce qui fait un détour non négligeable de plus de 130 km... Passer par le nord, passer par le sud, au final pourquoi choisir, je vais faire les deux !

    Dauphin Island - Fairhope : 121 kmJ'avale les 50 premier km en un temps record, pousser par le vent. Les 50 km suivant sont un enfer. Le vent tourne, je l'ai en pleine face, les rafales sont vraiment violente. Ajouté à cela, la route n'est vraiment pas intéressante, il y a beaucoup de trafic... Je suis à deux doigts de capituler les larmes aux bords des yeux quand la route change. Je suis désormais la côte sur une petite route tranquille bordée de jolies maisons ombragées. Enfin ombragées... Disons qu'il y a beaucoup d'arbres parce qu'il n'y a pas vraiment de soleil aujourd'hui. Je trouve cette route vraiment mignonne mais épuisée par les efforts fournis contre le vent, je décide de m'arrêter à Fairhope. Le problème c'est que c'est un petit village vraiment chic et que tout est hors de prix, même les motels. Je tourne et retourne dans le village quand soudain une voiture s'arrête près de moi : je reconnais sa conductrice, c'est l'une des gérantes d'un bed and breakfast auquel j'ai sonné. Elle me dit que je peux rester chez elle gratuitement, elle veut m'entendre raconter mes aventures. Elle aussi en a de belles, elle a traversé l'Asie en moto dans sa jeunesse ! Elle me traite comme sa petite fille, me préparant le diner et prenant bien soin de moi. Un moment j'ai bien cru qu'elle viendrait me border ! Une fois de plus, après un moment difficile, il y a toujours un moment de douceur qui se présente après...


    1 commentaire
  • Fairhope - Pensacola : 108 kmJe ne sais absolument pas ce que j'ai mangé ce matin mais c'était délicieux ! Une spécialité de Carol... Elle est amusante et tellement intéressante. Un peu hippie, un peu perchée, ça sent d'ailleurs la cigarette qui fait rire chez elle. Mais tellement attachante. Elle titube quand elle marche et d'un coup hop elle me sort un grand écart improvisé ! Le Yoga, voici son secret... Je la remercie pour son accueil plus que chaleureux et je poursuis mon chemin. Je longe la côte de l'autre côté de la baie, et enfin je rejoins la route que j'aurais du prendre après avoir emprunté le ferry. Il fait d'ailleurs un temps magnifique aujourd'hui, je suis persuadée que le ferry fonctionne... Mais je ne regrette pas d'avoir fait le tour, sans ça je n'aurais jamais rencontré Carol ! J'arrive sur la côte sud. Le sable est toujours aussi blanc, mais à la différence des plages du Mississippi, ici les bords de mer sont truffés d'immenses hôtels. Ca n'en finit plus. Et comme il fait beau, beaucoup de gens font du vélo ou courent. Les corps sont tout bronzés et bien musclés : ça sent la Floride !


    votre commentaire
  • Fairhope - Pensacola : 108 kmCa y est me voilà en Floride ! J'avoue avoir eu quelques frissons et un grand sourire en voyant la pancarte. Bon certes il me reste encore environ 1000 km jusqu'à la côte Est mais quand même... Je suis en Floride ! J'arrive à Pensacola chez Donna et Ray. Ils sont adorables et me font me sentir comme à la maison immédiatement. Ils préparent un voyage un Europe, nous passons la soirée à discuter de voyages...


    2 commentaires
  • Il y a des jours où l'on a rien à dire... Aujourd'hui est un jour comme ça.


    1 commentaire
  • Crestview - Marianna : 142 kmC'est un peu difficile de se motiver à partir dans le froid et la pluie, mais bon, je ne suis pas en sucre ! Je roule toute la matinée presque sans m'arrêter pour éviter de me refroidir. A DeFuniak, je fais une petite pause banane en regardant les canards jouer dans le lac. Le midi, je m'arrête dans un restaurant sur le bord de la route pour manger chaud et faire sécher mes affaires. Le repas est copieux et délicieux. Au moment de payer, la serveuse me dit que quelqu'un a déjà payé pour moi et que le café, c'est pour elle. Incroyable ! Cet élan de générosité me va droit au cœur et me donne l'énergie nécessaire pour rouler cet après-midi.

    Crestview - Marianna : 142 kmEn chemin je croise un cortège funéraire. C'est la deuxième fois que ça m'arrive pendant ce voyage. La première fois je n'avais pas prêté attention mais cette fois-ci je remarque que toutes les voitures devant et derrière moi s'arrêtent, et les gens font une petite prière dans leur voiture. Les gens dans les jardins des maisons environnantes également. Je m'arrête également, par respect. J'ai bien avancé aujourd'hui. Je trouve un petit endroit sympathique pour camper auprès d'un lac. Je sens que la nuit va être fraiche....

     


    6 commentaires
  • Marianna - Tallahassee : 119 kmLa météo annonce un temps apocalyptique aujourd'hui. Provenant du nord, de fortes rafales de vent, de la pluie et de violents orages sont attendus. En y regardant de plus près, comme je roule en direction du sud-est aujourd'hui, je devance la tempête si je ne traine pas en route. J'ai jusqu'à 10h pour quitter l'endroit où je suis et jusqu'à 16h pour arriver à Tallahassee où Justin et Marina m'attendent. Ni une ni deux, je roule sous une pluie battante, mais sans vent et surtout sans orage. J'arrive à bon port vers 15h, juste avant le déluge. Justin m'accueille et me montre son atelier de fabrique de vélo. Il monte des vélos à la demande avec cadre démontable pour les embarquer plus facilement dans l'avion. Très astucieux. Plus tard je rend visite à Marina qui tient une boutique de sacs qu'elle confectionne elle-même, sac de voyage et de vélo évidemment. Ils vivent dans une résidence communautaire où pour des raisons écologiques ils mettent en commun toutes sortes de choses : le jardin, la machine à laver, les voitures... Le concept est vraiment intéressant.


    votre commentaire
  • Tallahassee -  Madison : 125 kmLa tempête a fait rage une bonne partie de la nuit mais ce matin, malgré une couverture nuageuse, le temps est clément. Marina a préparé du pain pour le petit déjeuner, quel régal ! Je prends congés de mes hôtes. La route est vraiment agréable aujourd'hui, j'ai même droit à un petit rayon de soleil en milieu d'après-midi. A chaque fois que je m'arrête quelqu'un vient me demander ce que je fais ici avec mon vélo. Ils ne veulent pas croire que j'arrive de Californie ainsi. Peu à peu je réalise que oui, ça fait un sacré bout de chemin. J'ai peine à croire que dans quelques jours je serais sur la côte est, après 5000km d'un périple incroyable... Ca me donne des frissons d'y penser !

    Tallahassee -  Madison : 125 kmJ'arrive à Madison, je m'arrête dans un petit magasin pour imprimer des documents. La vendeuse m'envoie ensuite dans le bed and breakfast d'une amie à elle. C'est une vieille demeure familiale meublée avec goût. Ma chambre et surtout mon lit sont immenses, je peux même dormir en travers si je veux ! Judy tient cette maison avec son mari, un couple adorable. C'est la petite pause luxe du voyage ! 


    2 commentaires
  • Après un petit déjeuner aussi énorme que la taille de mon lit, je prends la route en direction de l'est, encore et toujours. Le temps est maussade aujourd'hui mais la route est belle...


    1 commentaire
  • Un autre jour de pluie... Je rencontre Judy et Jim qui font leur entrainement hebdomadaire sur une portion de la piste cyclable sur laquelle je roule. Nous avons discuté un moment, un petit moment ensoleillé dans une journée grisâtre ! Je suis à moins de 100 km de St Augustine à présent... L'arrivée est prévue demain, Dimanche 1er Mars !


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires